Ce lundi 26 septembre, les Semaines Sociales de France – section des Yvelines – ont organisé un atelier sur la question éducative. A partir du constat de l’échec scolaire de trop d’enfants et de l’échec de l’école à réduire les fractures sociales (au contraire, elle les accentue), les SSF78 ont élaboré une proposition qui sera débatue au niveau national lors des assises nationales des Semaines Sociales de France.

La CFTC a contribué au débat :

Propositions SSF78 :

L’éducation d’un jeune, du primaire au supérieur, nécessite de trouver les disciplines et les activités qui lui plaisent, où il peut réussir et se valoriser. Pour découvrir les talents d’un jeune il faut savoir lui laisser du temps et élargir l’éventail des activités scolaires et périscolaires: artistiques (théâtre en particulier), travail manuel ( bois, cuisine par exemple), activités caritatives etc.  Toutes ces activités ont besoin d’être encadrées et des parents compétents doivent pouvoir participer à cet encadrement.

Contribution CFTC au débat et pistes d’actions CFTC dans le monde professionnel :

1/ les enfants souffrent de la fatigue des parents : rythmes de travail, transports. Entre trop de liberté mal encadrée, trop d’écrans-nounou qui saturent le cerveau et bloquent les apprentissages, se développe le sentiment d’abandon, de ne pas être aimés : la révolte ou le désamour de soi sont des facteurs d’échec scolaire. Les délégués CFTC doivent peser sur les négociations d’aménagement du temps de travail en rappelant le devoir éducatif des parents, qui a la primauté sur d’autres besoins et qui peut trouver une articulation vertueuse avec les besoins de flexibilité des entreprises.

2/ les familles des travailleurs souffrent de la doxa sociétale qui exige que les deux parents aient une activité professionnelle cotisante (cf. les lois passées cet été sur la cotisation obligatoire du parent au foyer). Les délégués CFTC doivent peser sur les négociations salariales, les C.E., les accords d’entreprise pour que les congés parentaux puissant être aussi longs ou aussi fractionnés que nécessaire pour les enfants, et pour que la reprise de l’activité professionnelle à l’issue de ce congé soit sécurisée : rien ne doit pousser à hâter la séparation entre parent et enfant.

3/ les activités périscolaires, excellentes lorsqu’elles permettent aux enfants de diversifier leurs expériences exploratoires, sont coûteuses pour la collectivité alors que bien des parents ou jeunes retraités pourraient transmettre leurs passions. Les délégués CFTC doivent peser sur les négociations des accords intergénérationnels, égalité des chances, parentalité, aménagement du temps de travail, Compte-Epargne Temps, etc… pour permettre aux salariés d’être des acteurs de l’éducation et de l’instruction des groupes de jeunes et de leurs enfants  dans leurs quartiers/villages.

Hors reunion/ la question de l’éducation morale est au coeur des craintes sur l’assouplissement de la législation du travail (culture de l’effet d’aubaine, de l’abus de droit, de la mentalité prédatrice) => enseigner le bien et le mal, donner de critères de discernement, cela ne doit pas être reservé aux scouts ou aux amôneries mais doit intégrer très tôt les programmes

La CFTC, au Coeur des entreprises, est le syndicat qui a la famille à Coeur.

Publicités