Les satellitiers souffrent d’un marché complètement atone : peu ou pas de prises de commandes cette année, surcapacité et endettement des opérateurs, attentisme technologique (satellite électrique? Constellations?).

Les lanceurs eux-mêmes n’ont pas de contrats nouveaux, par conséquence.

Or, Ariane 6 a un business plan calé sur 12 à 20 lancements par an. Il y a donc quelque-chose qui ne colle pas. Si l’on veut éviter un effet domino, des étalement de programme et des PSE  un peu partout dans le secteur, il serait urgent que le marché redémarre.

Comme partout, il y a des surcharges de court terme pour honorer les contrats passés (avec pénalités de retard) et un vide abyssal juste après la bosse de charges du moment. De la GPEC s’impose, c’est une proposition CFTC vieille de plusieurs années, toujours inaboutie.

Publicités